Accéder au contenu principal

Sa dernière heure à sonné ...










Je reste toujours fascinée, 

par ces maisons abandonnées,

ces traces de vie décimées

par le temps passé


Elle fût autrefois habité

j'imagine, un couple usé

des vaches vieilles et fatiguées

plus la force de continuer


La vie se meurt à l'intérieur 

s'arrête de battre son coeur

et voilà tout son malheur

elle vient de sonner sa dernière heure ! 






Commentaires

  1. Moi j'aimerais imaginer un couple passant devant elle et qui aurait un grand coup de coeur, comme cela arrive quelquefois, et tout à coup cette maison se mettrait à revivre, proposant de nouveaux moments de bonheur pour de beaux souvenirs...
    Bonne journée Frédérique

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de maisons connaissent ce sort , dans des villages trop isolés ou sans débouchés pour les jeunes couples . C'est triste !

    RépondreSupprimer
  3. Rien ne dure ou perdure si ce n'est le souvenir qui non transmis sera lui aussi détruit, c'est trite quand même. Bises très beau texte

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Frédérique,
    Pour moi c'est une ancienne maison magnifique, qui comme tu dis a fait son temps, j'imagine qu'un couple passant devant est un coup de coeur et la refait vivre cette maison.
    Belle journée, bisous à toi.

    RépondreSupprimer
  5. j'aime aussi ces vieilles demeures abandonnées..elle va emporter avec elle ses secrets...

    douce journée Sol
    bisous et au loulou ♥♥

    RépondreSupprimer
  6. ....loin de la ville, loin du travail, loin de tout...quel dommage!
    Bises de Mireille du Sablon

    RépondreSupprimer
  7. Beaucoup de fermes et même de maisons en ville sont ainsi laissées à l'abandon, alors qu'il y a une pénurie de logements.
    Je ne comprends pas vraiment pourquoi.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ne partez pas sans un mot...Merci

Posts les plus consultés de ce blog

Cerné de fantômes armés ...

Comme ce coquelicot j'ai l'impression d'être cerné par des fous !

Emporté par la foule, par ce monde cruel, 

mais où va-t-on bordel ? 

N'importe où, n'importe quand , ils peuvent surgir,
Tel des fantômes armés ! 




Le bunker de la liberté ...

Ce Bunker allemand fût repris pas les Américains  le 6 juin 1944.





41 alliés dans ce Bunker réaménagé par un certain Mc. Donald ,
on permit à 836 000 hommes de débarquer 
avec 220 000 véhicules et 725 000 Tonnes de matériel.





De cet endroit, la France va lentement
retrouver le chemin de la délivrance,
la France, mais pas seulement...



Du matériel d'un autre siècle, 
mais suffisamment performant
pour ces combattants. 




Du matériel lourd, 
des tonnes de ferrailles,
Une longue route commence,
des jours et des jours à marcher,
à malmener l'ennemis jusqu'à qu'il rebrousse chemin...






Certes, nous avons peu de chance de revivre tout cela,
parce qu'il n'y a jamais deux guerres pareilles ,
certes, nous en avons tiré les enseignements,
Plus jamais ça ! 


J'espère quand même que nous ne vivrons pas un jour pire,
l'homme est un grand prédateur sans honneur ! 
Cela le rend très dangereux ...
F.J. 




Différentes mais ...

J'ai dans la tête quelque part des mots,
des mots que j'ai du mal à assembler...
Assembler bout à bout pour en faire des phrases
des phrases pénétrantes d' indignation, 
l'indignation de voir que des êtres humains peuvent ...
peuvent être abominablement destructeur,
destructeur, sans pitié, sans coeur, sans remord ...
Pas de remord de donner ainsi la mort,
la mort qu'ils bravent comme un étendard,
un l' étendant au nom de je ne sais qui, de je ne sais quoi,
quoiqu'il en soit, demain ne sera jamais plus comme avant.
Avant, ces actes de barbarie, la quiétude nous envahissait
elle envahissait notre vie de tout les jours, jusqu'à ces jours là,
ces jours là , que nous gravons dans nos mémoires, telle,
telle une empreinte désormais à jamais indélébile 
indélébile dans nos coeurs, nos têtes, notre chaire meurtrie,
meurtris nous le sommes et le serons à jamais,
jamais nous ne pourrons  oublier les victimes et 
pardonner ce qui est impardonnable. 




Dans cette gu…